Habiter les tours résidentielles : entre pratiques et représentations

Mots clés : Article Focus, Modes de vie, Recherche, sociologie urbaine, ...

mardi 14 juillet 2020

La chaire IMU "Habiter ensemble la ville de demain" publie une synthèse du séminaire « Habiter les tours résidentielles : entre pratiques et représentations » organisée par Geoffrey Mollé, Louise Dorignon et Manuel Appert, dans le cadre des ateliers 3 et 6 du laboratoire EVS, de la chaire HEVD, de l’ANR HIGH-RISE et de l’université de Lyon.

"La journée a été pensée et organisée autour des tours résidentielles, paradoxalement moins explorées que les tours de bureau bien que plus nombreuses. Le processus de reverticalisation résidentielle semble lié à une élitisation de ce type d’habitat et désignerait donc une verticalisation sélective aussi bien socialement que spatialement, reconcentrée dans les marchés les plus tendres. L’émergence des tours s’inscrit en effet désormais dans un écosystème métropolitain glocal, émetteur d’interférences entre les différents contextes urbains et matérialisé à travers une remobilisation quoique contestée d’une autre catégorie de paysage, ou produit de paysage : le Skyline. Au-delà des publications dont il a fait l’objet, tant sur les tours que l’objet théorique lui-même, le Skyline ouvre d’autres pistes de recherche qui demandent à être explorées, qu’elles concernent les mobilités aériennes ou la canopée urbaine. C’est donc une approche emboîtée, mais souple néanmoins qui caractérise aujourd’hui les recherches sur la notion de verticalité, elles sont organisées selon trois axes, la mesurer, l’habiter, la réguler."

Accéder à la synthèse

[*Plus de ressources sur ce thème : *]
- Les représentations complexes des tours d’habitat populaire
- Yannick Hascoët, urbaniste : prix spécial de thèse sur l’habitat social 2018
- Les représentations des logements sociaux : Production scientifique et action publique de 1950 à nos jours (recherche)

Recherche