Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Accueil du site > Agenda des manifestations > Manifestations des régions

Concevoir et habiter un quartier dit durable. Injonctions écologiques et dynamiques collectives à Beauregard (Rennes) et Les Brichères (Auxerre) - Thèse

mardi 25 novembre 2014 de 13:00 à 16:00 - MARNE LA VALLEE - Ecole des Ponts Paris Tech

François VALEGEAS, dont le travail a été exposé dans le cadre du panorama de la recherche réalisé par le réseau des acteurs de l’habitat et le REHAL soutient sa thèse de doctorat en Urbanisme, Aménagement et Politiques urbaines.

Le jury sera composé de :
- Frédéric DE CONINCK, Professeur à l’Ecole des Ponts ParisTech - Laboratoire Ville Mobilité Transport, directeur de thèse
- Cyria EMELIANOFF, Professeure à l’université du Maine - Espace et Sociétés, rapporteure
- Christine LELEVRIER, Professeure à l’université Paris Est Créteil-Val-de-Marne - Lab’Urba, co-directrice de thèse
- François MANCEBO, Professeur à l’université de Reims Champagne-Ardenne - HABITER, examinateur
- Laurent MATTHEY, Professeur assistant, Université de Genève, rapporteur
- Pascale PHILIFERT, Professeure à l’université Paris Ouest Nanterre-La Défense - LAVUE, examinatrice

La soutenance aura lieu le mardi 25 novembre à 13h, à l’Ecole des Ponts ParisTech, Amphi Navier (vous trouverez un plan ici).

Résumé de la thèse : Les discours politiques font désormais de la ville durable l’horizon de la transition des espaces urbains. Dans ce contexte, les projets de quartiers dits durables se multiplient en France depuis quelques années, constituant tant des « vitrines » que des « laboratoires » d’expérimentation de ce développement urbain durable. Les concepteurs de ces quartiers dits durables cherchent à créer un « nouvel art de vivre ensemble », s’appuyant sur des modes d’habiter plus écologiques et valorisant la vie collective dans ces quartiers. Dans cette thèse nous interrogeons les principes de conception de ces projets, et notamment la projection des modes d’habiter, que nous confrontons aux pratiques réelles des habitants. Notre recherche croise trois niveaux d’analyse. Les appels à projets, en mettant en avant des « bonnes pratiques » et des objectifs d’ « exemplarité », participent d’une standardisation de la conception autour de quelques principes et dispositifs, notamment techniques. Dans ces appels à projets comme dans les projets locaux, les quartiers dits durables ont pour ambition de faire évoluer les modes d’habiter. Ils sont pensés au travers de la figure d’un habitant-type adhérant au projet écologique, responsabilisé dans ses pratiques individuelles et investi dans la vie collective. Dans deux quartiers que nous avons analysés, des dispositifs d’incitation comportementale sont mis en œuvre. Leur appréhension par les habitants, et les formes d’appropriation dépendent des trajectoires sociales et résidentielles. C’est en effet selon qu’ils ont choisi ou non de s’installer dans ces quartiers que les habitants adhèrent au projet écologique véhiculé par le projet urbain.

La thèse de François Valégéas dans le panorama de la recherche